[VIDÉO] le chantier du tramway de Besançon vu d’hélicoptère

LE SAVIEZ-VOUS ?La trilogie du Seigneur des Anneaux au cinéma a coûté environ 300 millions de dollars.Soit 227 millions d’euros.Ce qui est inférieur de 1 million au prix initialement prévu du tramway du Grand Besançon : 228 millions d’euros (http://bit.ly/W9d94x).Pas sûr toutefois que notre tram remporte autant d’Oscars… et fasse lui aussi un milliard de dollars de bénéfices.

LE SAVIEZ-VOUS ?
La trilogie du Seigneur des Anneaux au cinéma a coûté environ 300 millions de dollars.
Soit 227 millions d’euros.
Ce qui est inférieur de 1 million au prix initialement prévu du tramway du Grand Besançon : 228 millions d’euros (http://bit.ly/W9d94x).

Pas sûr toutefois que notre tram remporte autant d’Oscars… et fasse lui aussi un milliard de dollars de bénéfices.

Petite avant-première concernant l’Internet à Besançon
Ces armoires blanches poussent en ce moment comme des champignons dans les quartiers Viotte / rue de Vesoul.On les reconnait au petit symbole (à droite) qui signifie “danger laser”. Ces armoires sont des points de mutualisation qui permettront prochainement d’amener la fibre optique jusque chez les particuliers. Pour faire simple : c’est l’arrivée du très haut débit à la maison.
Pour l’instant, rien n’est annoncé mais ce sont les premiers réalisations concrètes de ce qui était annoncé depuis des mois. Parions qu’Orange organisera dans les mois à venir une petite sauterie pour annoncer cela. Pour en savoir plus sur le raccordement à la future fibre optique : http://www.b25000.net/Fibre-optique-Internet-La-ville-de,543.html
Merci à l’homme à la hache pour les photos :)

Petite avant-première concernant l’Internet à Besançon

Ces armoires blanches poussent en ce moment comme des champignons dans les quartiers Viotte / rue de Vesoul.
On les reconnait au petit symbole (à droite) qui signifie “danger laser”. Ces armoires sont des points de mutualisation qui permettront prochainement d’amener la fibre optique jusque chez les particuliers.
Pour faire simple : c’est l’arrivée du très haut débit à la maison.

Pour l’instant, rien n’est annoncé mais ce sont les premiers réalisations concrètes de ce qui était annoncé depuis des mois. Parions qu’Orange organisera dans les mois à venir une petite sauterie pour annoncer cela.

Pour en savoir plus sur le raccordement à la future fibre optique : http://www.b25000.net/Fibre-optique-Internet-La-ville-de,543.html

Merci à l’homme à la hache pour les photos :)

Il paraît que le lundi 3 septembre sera noir à Besançon…

Il paraît que le lundi 3 septembre sera noir à Besançon…

Sur France Inter (émission Interactiv), une auditrice de Besançon appelle pour parler de la librairie Camponovo. C’était ce vendredi 24 août.

Tramway de Besançon : il semblerait que la phase de destruction laisse place à la phase de construction. Enfin !
(Photos prises place de la Révolution le lundi 6 août 2012)

Barbara Romagnan et Eric Alauzet tout juste élus députés (dimanche 17 juin 2012, Besançon, Kursaal)

Des bébés rats au milieu des gâteaux apéritifs d’un supermarché près de Besançon ?

Des bébés rats au milieu des gâteaux apéritifs d’un supermarché près de Besançon ?

Branget, Grosperrin, Bonnot et l’épée de Damoclès de l’inéligibilité ?
Dans ce billet de l’Est Républicain (mercredi 6 mai 2012), on apprend que trois députés UMP sortant du Doubs ont commis une grosse bourde de débutants qui pourrait leur coûter très cher.
La bourde ? Utiliser la presse ou les journaux de petits annonces pour faire la publicité d’un meeting ou d’une réunion électorale dans les 6 mois précédant une élection.
Ce sont donc Françoise Branget, Jacques Grosperrin et Marcel Bonnot qui risquent théoriquement une sanction pouvant aller jusqu’à.. l’inéligibilité.Dans le Jura, un cas similaire se présente avec deux candidates PS. Ceci expliquerait-il qu’aucun des deux camps d’exploitent la bourde de l’autre ?
Article du code électoral concerné : L52-1 à consulter ici

Branget, Grosperrin, Bonnot et l’épée de Damoclès de l’inéligibilité ?


Dans ce billet de l’Est Républicain (mercredi 6 mai 2012), on apprend que trois députés UMP sortant du Doubs ont commis une grosse bourde de débutants qui pourrait leur coûter très cher.

La bourde ? Utiliser la presse ou les journaux de petits annonces pour faire la publicité d’un meeting ou d’une réunion électorale dans les 6 mois précédant une élection.

Ce sont donc Françoise Branget, Jacques Grosperrin et Marcel Bonnot qui risquent théoriquement une sanction pouvant aller jusqu’à.. l’inéligibilité.
Dans le Jura, un cas similaire se présente avec deux candidates PS. Ceci expliquerait-il qu’aucun des deux camps d’exploitent la bourde de l’autre ?

Article du code électoral concerné : L52-1 à consulter ici

La DNCG, l’instance de la fédération française de football qui expertise les finances des clubs vient de prononcer en 1ère instance à l’encontre du BRC une interdiction de participation à tout championnat National.
Cette décision fait suite à la présentation par le club aux instances fédérales d’une projection de situation à fin juin déficitaire globalement de 540 K€, ce que laissait présager le déclenchement dès le mois d’avril par le commissaire aux comptes du BRC d’une procédure d’alerte, depuis la première fois de l’histoire du club. Depuis peu, le président du tribunal de commerce est informé de cette situation.

La Ville de Besançon qui dès le mois d’octobre a alerté le club sur ce risque tient à rappeler l’accompagnement qu’elle a fourni au club, ne serait-ce que depuis 2009.
En juin 2010, après avoir réussi à maintenir l’existence d’un club alors en situation de cessation de paiement, François BOURGOIN et son équipe dirigeante proposent alors à la Ville un véritable plan de sauvetage du club. Une aide exceptionnelle de 180 K€ est apportée à l’association dont le projet pour les trois saisons à venir devient un projet financier de résorption de 150 K€ annuels avec un maintien de l’équipe première en CFA.

A l’issue de la première de ces trois années d’apurement, le BRC se retrouve en tête du championnat CFA et en position d’accéder au National.

La Ville de Besançon accepte le nouveau projet soumis par le BRC pour permettre cette montée (mobilisation de 450 K€). Le Conseil Municipal décide d’attribuer une prime de montée de 150 K€ et d’allouer une subvention de 450 K€ annuels dans le cadre d’un budget prévisionnel « National » établi à 1,7 M€.
Le Contrat de Développement Sportif est conclu avec les 2 entités du club sur cette base en août 2011.

Or, dès le premier Comité Local de Gestion organisé en octobre, il apparaît que le budget du club est passé de 1,7 M€ à 2,2 M€ en dépenses.
La Ville de Besançon alerte le club dès cette date sur des mesures immédiates à prendre pour ne pas compromettre l’avenir du club. En décembre, elle sollicite l’organisation d’un Conseil D’administration extraordinaire pour placer l’ensemble des dirigeants devant leurs responsabilités.
Malgré cela, la situation n’a pas évolué et les appels de la Ville sont restés vains.

Aujourd’hui, la municipalité ne peut que constater l’impasse financière dans laquelle l’activité professionnelle a plongé l’ensemble du club, en exécutant un budget totalement irréaliste.
Il va de soi que la Ville déplore cet état de fait, et considère qu’il appartient aux dirigeants de la SASP, et à eux seuls, de tout mettre en œuvre pour retrouver l’équilibre budgétaire. Elle ne peut accepter d’être une fois de plus mise devant le fait accompli, et refuse d’avance toute solution qui conduirait à transférer à l’association qui à en charge les 450 licenciés amateurs du club, les dettes creusées par une gestion hasardeuse de la partie professionnelle.

La Ville de Besançon demande aux dirigeants de la SASP de trouver les moyens d’assainir durablement la santé financière d’un club historique de Besançon, formateur et rassemblant de nombreux supporters. Elle réaffirme son soutien à l’existence de ce club et confirme ses engagements financiers (un montant de 310 K€ est contractuellement prévu dans le cadre des Contrats de développement Sportif), dès lors qu’un retour à des finances assainies aura été opéré et validé par la DNCG.

Jean Louis FOUSSERET
Maire de Besançon
Président du Grand Besançon

Patrick BONTEMPS
Adjoint au Maire chargé des Sports
Voilà c’est fait… après des années de complaisance envers les gérants du club de football bisontin, la Ville de Besançon a officiellement cessé d’assurer le rôle d’airbag financier du BRC avec les impôts des Bisontins. Il était temps.

Manifestation de soutien à la librairie Camponovo ce mercredi 30 mai 2012

Jean-Jacques Schaer, PDG de Camponovo, interviewé ce matin sur France Bleu Besançon au sujet de la revente et possible fermeture prochaine de Camponovo.

Question : - Cela vous ferait quelque chose qu’une pizzéria par exemple s’installe à la place de Camponovo (…) ?
Réponse : - Ce que ça fait, c’est que ça me double ma retraite…